L’ARPE évalue les bioréacteurs à membranes en PACA

Publié le
02/12/2014
.

Le 20 novembre, l’ARPE organisait une RENCONTRE visant à rendre compte des évaluations, menées ces deux dernières années, sur les bioréacteurs à membrane.

Un chercheur de l’Irstea*, un fabricant de membrane, un universitaire, l’ARPE et 50 participants étaient réunis à Ensuès-la-Redonne pour cette journée.

Jusqu’alors utilisé dans le monde industriel pour l’eau potable, ce procédé a été transféré depuis une dizaine d’années au traitement des eaux usées domestiques et aujourd’hui 13 stations d’épuration en PACA en sont équipées(dont celle d’Ensuès-la-Redonne) .

 

L’efficacité épuratoire gagnée par la filtration membranaire a un coût économique et environnemental. Selon les premiers résultats communiqués par l’ARPE, ce système de filtration membranaire est en effet très énergivore : on relève une consommation électrique en moyenne 2 fois supérieure à un procédé classique. Le renouvellement des membranes et des équipements liés à leur fonctionnement (sondes, aérateurs) est un poste de dépenses important. De plus, afin de conserver une efficacité optimale, il est nécessaire de nettoyer très régulièrement les membranes avec des produits chimiques de lavage.

L’exploitation de cette filière nécessite donc un suivi rigoureux et très technique avec l’intervention d’un personnel qualifié. Il s’avère également que les membranes sont très sensibles au colmatage, ce qui peut entraîner des rejets ponctuels d’eau non traitée dans les rivières.

 

 

En savoir +

Gilles MALAMAIRE - 04.42.90.90.81 - g.malamaire@arpe-paca.org

 

Programme de la journée
Dossier de presse
Pour en savoir plus Ciquer ici
Effectuer une recherche par :
Par :
pour connaitre toutes les relations entre les bassins versants et les communes.