Eaux souterraines

Publié le
31/07/2018
.

Les eaux souterraines sont constituées de toutes les eaux se trouvant sous la surface du sol en contact direct avec le sol ou le sous-sol et qui transitent plus ou moins rapidement (jour, mois, année, siècle, millénaire) dans les fissures et les pores du sol en milieu saturé ou non.

Elles représentent 51% des volumes prélevés pour l'eau potable en Provence-Alpes-Côte d'Azur et jouent également un rôle important dans le fonctionnement des milieux naturels superficiels : soutien des débits des cours d'eau, en particulier en période d'étiage, et maintien des zones humides dépendantes.


► En savoir + 
(Contexte hydrogéologique complexe, masses d'eau souterraines et entités hydrogéologiques, gestion des eaux souterraines)

Ouvrir le lien

Publié le
25/08/2015
.

Sous nos pieds, dans les roches, l'eau circule aussi, parfois abondante ou parfois plus rare.

Les eaux souterraines sont importantes et très diversifiées (nappes alluviales, aquifères karstiques, aquifères profonds) mais leur statut de milieux " invisibles " rend difficile la mobilisation des décideurs, d'où un déficit de connaissance, de gestion et de protection.

Les aquifères de la région sont caractérisés par un morcellement important. Ce morcellement s'illustre par la taille des masses d'eau régionales qui est inférieure à 700 km2 alors qu'au niveau national elle est de l'ordre de 1000 km2.

1/3 des masses d'eau régionales a une superficie inférieure à 300 km2, ce qui limite leur potentiel à un usage au niveau local. Chaque système a ainsi un mode de fonctionnement qui lui est propre et spécifique.
 
En plus d'être morcelés, ces aquifères sont inégalement répartis sur le territoire. En effet, ils se trouvent en majorité dans la zone méridionale alors que les zones alpines, qui alimentent les cours d'eau les plus importants, apparaissent plus démunies. Ces zones disposent néanmoins ponctuellement d'aquifères locaux qui alimentent des sources cruciales pour l'alimentation en eau potable de certains secteurs.

Enfin, les aquifères régionaux présentent d'importantes fluctuations saisonnières liées aux périodes d'étiage et accentuées par les pics d'activités et d'usages à ces mêmes périodes.

A noter que les eaux souterraines de la région sont de bonne qualité chimique ce qui les destine à être utilisées en priorité pour l'alimentation en eau potable.

Les eaux souterraines sont relativement peu exploitées en Provence-Alpes-Côte d'Azur, comparativement à d'autres territoires. Leur part dans le total des prélèvements régionaux (hors énergie) est ainsi trois fois inférieure à la moyenne nationale. Ceci s'explique en grande partie par les grands aménagements hydrauliques qui acheminent l'eau nécessaire aux zones méridionales depuis le massif alpin.


 
Les eaux souterraines restent néanmoins une ressource essentielle pour l'alimentation en eau potable. Elles représentent plus de 80% des prélèvements pour cet usage.

Elles sont la source d'alimentation majoritaire dans les Alpes-Maritimes, le Vaucluse et les deux départements alpins, et couvrent une part importante des besoins dans le Var.
Elles sont l'unique ressource à disposition pour de très nombreuses collectivités, notamment sur les hauts de bassins.

(Source : note de cadrage pour une stratégie régionale sur les eaux souterraines)

Publié le
09/10/2015
.

Dans les suites du SOURSE, la Région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur, l’Agence de l’eau et le BRGM (Bureau de Recherches Géologiques et Minières) ont animé une démarche de co-construction d’une stratégie régionale sur les eaux souterraines en partenariat avec les acteurs de la Région pour répondre à ces questions et proposer des actions pour leur gestion durable.

Le livret de synthèse sur la stratégie régionale sur les eaux souterraines
L'atlas cartographique

Publié le
26/01/2015
.

Le Conseil Général des Bouches-du-Rhône soutient depuis de nombreuses années l’acquisition de connaissances sur les ressources en eau du département. Dans ce cadre, il apporte son concours financier au projet Karsteau, auprès d’autres partenaires, porté par l’Université de Provence Aix-Marseille I, qui vise à mieux comprendre le fonctionnement des eaux souterraines dans la zone entre Marseille (13) et Toulon (83).

Le Département a souhaité illustrer cet investissement au travers de 2 films :

• l’un pédagogique, qui s’adresse au public scolaire, aborde le cycle de l’eau dans les calcaires côtiers méditerranéens, le façonnage des roches et des paysages par le travail de l’eau (9min)
• l’autre institutionnel, présente l’étude Karsteau, ses enjeux et l’intérêt Départemental (5 min).

Pour visualiser les vidéo : Cliquer ici

Pour en savoir plus Ciquer ici

Publié le
10/02/2015
.

L’observatoire de la nappe est un outil de centralisation des données en lien avec la nappe et le territoire. Celui-ci a pour objectif de regrouper l’ensemble des données produites sur le territoire afin d’en faciliter l’accès et de diffuser la connaissance.

Pour en savoir plus Ciquer ici

Publié le
10/02/2015
.

Le 29 janvier 2015, une centaine de personnes étaient réunies à Salon de Provence, dans le cadre de la procédure d’élaboration du contrat de nappe de la Crau porté par le Symcrau (Syndicat Mixte de Gestion de la Nappe Phréatique de la Crau), pour la mise en place du premier comité de nappe et la signature de la charte d’objectifs.

Charte d’objectif
Pour en savoir plus Ciquer ici

Publié le
27/02/2015
.

Ce film produit par le CEN PACA (avec le co-financement Chambre d’Agriculture 13, Comité du Foin de Crau, SYMCRAU et Contrat de Canal Crau-Sud Alpilles),  présente le lien entre l’irrigation gravitaire, le pastoralisme, la culture du Foin de Crau, la nappe de Crau et tous les enjeux du territoire associés.

 

observatoire_eau_paca_carte_crau.png

Pour en savoir plus : site internet du contrat de Canal Crau-Sud Alpilles

Publié le
20/11/2015
.

Arrêté n°15-317 I 6 novembre 2015

 

L’arrêté fixe:

- des valeurs seuils pour les 27 polluants identifiés (actualisation 2015) comme à l’origine d’un risque de non atteinte du bon état chimique des eaux souterraines en 2021

- des valeurs seuils spécifiques pour les 24 masses d’eau identifiées sur le bassin comme influencées par le contexte géologique.

Voir l’arrêté préfectoral

Publié le
22/01/2016
.

Le Conseil  départemental, soucieux de préserver ses eaux souterraines, a décidé de mettre en place un réseau de suivi des eaux souterraines de son territoire.

Suite aux conclusions de l’étude et dans un objectif de complémentarité avec les réseaux existants : 11 points d’eau seront intégrés à un réseau de suivi quantitatif (niveau piézométrique) et 6 points d’eau seront intégrés à un réseau de suivi qualitatif (état chimique).

Le lancement de la phase opérationnelle de ces réseaux est prévu pour 2016.


Les eaux souterraines occupent une place importante en Vaucluse : plus de 70 captages sur la centaine que compte le département prélèvent dans la ressource souterraine.Les aquifères abritent des nappes qui peuvent être très productives mais également fortement vulnérables vis-à-vis des pollutions et soumises à de nombreux prélèvements.Dans le cadre du futur SDAGE 2016-2021, des masses d’eau souterraines ont été définies comme stratégiques pour la préservation de l’alimentation en eau potable actuelle, mais aussi future.

L’étude préalable a été réalisée par le BRGM dans le cadre d’une convention de recherche et développement partagée,  et avec l’aide financière de l’Agence de l’Eau Rhône-Méditerranée Corse et du Conseil Régional Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Rapport Final
Carte de localisation prévisionnelle du réseau de suivi
Effectuer une recherche par :
Par :
pour connaitre toutes les relations entre les bassins versants et les communes.