Une mer au milieu des terres

Publié le
08/12/2014
.

La Méditerranée est une mer relativement jeune à l’échelle géologique puisqu’elle fait suite à la fermeture de l’isthme de Suez, il y a environ 10 Millions d’années.


Très fragmentée, longue de 3 800 km, large de 1 600 km, avec un linéaire côtier continental de 27 600 km et insulaire de 18 400 km, dont la surface de 2 500 000 km², elle ne représente en fait que 0,8% de la surface de l’océan mondial.

Morcelée par diverses mers intérieures (mer Adriatique, mer Égée, mer Noire...) et par un zonage géographique (mer Méditerranée occidentale et orientale), elle est également marquée par des points de passage sensibles (détroit de Gibraltar, canal de Suez, détroit século-tunisien, Bosphore...).

Bien que considérée comme une «annexe de l’Océan Atlantique» (70% des espèces proviennent de l’Atlantique), sa richesse est spécifique en fonction de la profondeur (100% à la surface, 63% à 50m) au contraire de l’Atlantique. Qui plus est, les espèces qui se sont retrouvées en Méditerranée se sont diversifiées par influence du milieu, devenant ainsi des espèces endémiques de la Méditerranée. Aussi, même si elle ne représente que 0,8% de l’océan mondial, sa production halieutique représente 1% de la production mondiale et c’est véritablement un Hot Spot de biodiversité.

 

Mais l’ouverture du canal de Suez, l’intensité du transport maritime, les élevages aquacoles marins, les pollutions des bassins versants véhiculées par le Rhône et les autres fleuves côtiers dont la mer Méditerranée est l’ultime réceptacle (etc.) ont engendré une perte de sa biodiversité (notamment par mise en concurrence avec des espèces invasives) ainsi qu’une dégradation des milieux naturels, aggravés par les impacts du changement climatique.

Effectuer une recherche par :
Par :
pour connaitre toutes les relations entre les bassins versants et les communes.