A la une

 

Publié le
26/04/2018
.

L'agence de l'eau Rhône Méditerranée Corse publie une note d'information destinée aux maires expliquant l'usage de la fiscalité de l'eau sur la base de son activité 2017. 

Cette note indique l'origine des redevances perçues par l'agence de l'eau auprès de tous les usagers de l'eau et la redistribution qui en est faite sous forme d'aides financières pour des actions de préservation des milieux aquatiques et de la biodiversité.

On y apprend que la fiscalité de l'eau a permis une nette amélioration de la qualité de nos rivières grâce notamment à la mise aux normes du parc français des stations d'épuration et que le prix moyen de l'eau des bassins Rhône-Méditerranée et Corse, de 3,63 €TTC/m3, est relativement stable depuis quelques années.

Télécharger la note

Publié le
26/04/2018
.

Le Comité français de l’UICN publie une étude sur les enjeux et les risques de la valorisation socio-économique des espèces exotiques envahissantes établies dans les milieux naturels. 

Conduite dans le cadre du groupe de travail national « Invasions biologiques en milieux aquatiques », l’étude montre que l’exploitation économique des espèces exotiques envahissantes ne constitue pas la solution miracle aux difficultés de gestion et propose des points de vigilance et un cadre général de réflexion afin d’accompagner toute structure qui serait amenée à émettre un avis sur de tels projets, notamment les services de l’État et des collectivités territoriales.

Voir le document
En savoir +

Publié le
26/04/2018
.

Le bassin Rhône-Méditerranée s’est doté d’un observatoire, site internet de publication des données de suivi des populations d’alose feinte du Rhône, de lamproie marine et d’anguille européenne.

Il comprend une page par espèce, ainsi qu’une page d’approche territoriale et un observatoire en direct, dans lequel les comptages sont mis à jour en direct, à pas de temps hebdomadaire.

En savoir + et accéder au site Internet

Publié le
19/04/2018
.

Le ministère de la Transition écologique et solidaire vient de mettre à disposition la plateforme " Projets-environnement.gouv.fr ", qui fournit des informations sur tous les projets susceptibles d'avoir un impact sur l'environnement. Elle s'inscrit dans la continuité des travaux de modernisation de l'évaluation environnementale et du dialogue environnemental.


Grâce à cette plateforme, le public bénéficiera d'un accès facilité aux études d'impact sur son territoire et aux consultations du public en matière d'évaluation environnementale, organisées par les préfectures.

Les porteurs de projets ou bureaux d'études en charge de réaliser les études d'impact pourront accéder aux études d'impact et données déjà disponibles, facilitant ainsi la réalisation de nouvelles études de ce type et améliorant leur qualité.


Carte PACA : www.projets-environnement.gouv.fr

Voir le communiqué de presse
En savoir +

Publié le
19/04/2018
.

Sur l'arc méditerranéen, les phénomènes de pluies intenses et les inondations associées nous invitent à anticiper et mieux nous préparer pour faire face à des épisodes toujours plus fréquents et plus rapides. Cette préparation passe par l'entraînement de tous au travers d'exercices de crise.

Les exercices doivent aujourd'hui devenir une évidence pour les décideurs et les gestionnaires des risques, afin d'être prêts le jour où la crise viendra : c'est le message d'une ► vidéo de 3 min intitulée : "Face aux inondations… Entraînons-nous à gérer une crise !" réalisée par la mission interrégionale " inondation arc méditerranéen " de la DREAL PACA et la DDTM 13.

En savoir +

Publié le
13/04/2018
.

Quel avenir pour la mer et le littoral ? La grand public était amené à s'exprimer sur la question "Comment protéger le littoral et la biodiversité marine tout en développant les activités économiques liées à la mer".

La première phase de la concertation est close et les synthèses des ateliers de concertation pour la Méditerranée (enjeux, avis et premières synthèses) sont acessibles sur le site du Ministère de la transition écologique et solidaire : www.merlittoral2030.gouv.fr.

Pour chacune des façades maritimes en métropole, un document de planification – le document stratégique de façade – doit préciser les conditions de mise en œuvre de la stratégie nationale pour la mer et le littoral en fonction des spécificités locales. Il comportera une planification spatiale sous la forme d'une carte des vocations.

Les documents stratégiques de façade sont élaborés par l'État en concertation avec les acteurs maritimes et littoraux réunis dans le conseil maritime de façade et font l'objet d'une concertation préalable avec le public.

En savoir + et voir les synthèses des ateliers en Méditerranée

Publié le
12/04/2018
.

► Episode pluvio-orageux notable le 12 avril sur le Var et les Alpes Maritimes placés en vigilance orange Orages et Pluie-Inondation.

Vigilance Jaune crues 
sur certains cours d'eau du Vaucluse, du Var et des Alpes-Maritimes.

logo_crue_2.jpg

Débit des cours d'eau

VIGICRUE

meteo6022.jpg

Image radar des précipitations

METEO 60

Meteofrance

Evolution des alertes

METEOFRANCE

Publié le
11/04/2018
.

La présente note d'information publiée par le ministère de l'intérieur et celui de la transition écologique et solidaire vise à exposer la nature et la portée des évolutions introduites par le législateur afin de faciliter la mise en œuvre relative à l'exercice des compétences des collectivités territoriales dans le domaine de la gestion des milieux aquatiques et de la prévention des inondations (GEMAPI), devenue obligatoire pour l'ensemble des EPCI à fiscalité propre, depuis le 1er janvier 2018.

Consulter la note

Publié le
15/01/2018
.

Mars 2018 : retour généralisé des précipitations


Le retour des précipitations sur l'ensemble des régions a permis d'alimenter les cours d'eau et ainsi de voir les débits augmenter. Cette situation est tout de même contrastée sur PACA, elle reste cependant positive sur l'ensemble de la région.
Les nappes alluviales ont elles aussi connu une crue en mars. Les autres nappes sont restées dans une situation stable, même si des pics de crues ont été enregistrés.

 

Février 2018 : un mois plus froid que la normale

Janvier 2018 : bilan contrasté malgré le retour de la pluie

Télécharger la synthèse régionale de mars 2018
En savoir + sur le site de la DREAL PACA

Publié le
11/04/2018
.

L'Agence de l'eau Rhône Méditerranée Corse publie son rapport sur l'état des eaux, retrouvez les principaux résultats en région Provence-Alpes-Côte d'Azur dans le communiqué de presse et l'infographie ci-dessous.

Consulter le communiqué de presse
Voir l'infographie

Publié le
04/04/2018
.

Ce rapport, réalisé par l'agence de l'eau Rhône Méditerranée Corse, publié en mars 2018, présente l'état des eaux constaté en 2017.

Il dresse l'évolution de l'état des eaux superficielles et souterraines de ces bassins, telle qu'elle peut être constatée aujourd'hui grâce aux résultats recueillis dans le cadre du programme de surveillance de l'état des eaux. Il est basé sur l'exploitation de plus de 33 millions d'analyses de surveillance des cours d'eau, nappes et plans d'eau, acquises depuis 1990.

Télécharger le rapport
En savoir +

Publié le
09/04/2018
.

Suite à l'épisode de sécheresse 2017 particulièrement marqué en Provence-Alpes-Côte d'Azur, une enquête a été menée par la DREAL PACA, de septembre à novembre 2017, sur les 6 départements de la région, afin de mieux appréhender la connaissance et la perception, par la population, des restrictions d'utilisation de l'eau en situation de sécheresse.

720 personnes ont contribué à l'enquête en ligne, cette participation importante souligne l'intérêt de la population pour la gestion de l'eau en période de sécheresse.

En savoir + et découvrir les résultats de l'enquête

Publié le
06/04/2018
.

L'arrêté interministériel du 22 février 2018 fixant le montant des contributions financières que les agences de l'eau doivent verser en 2018 à l'Agence française pour la biodiversité (AFB) et à l'Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS), vient d'être publié au Journal Officiel du 5 avril 2018.


Le montant de la contribution de l'agence de l'eau Rhône-Méditerranée et Corse, au profit d'une part de l'AFB, et, d'autre part, de l'ONCFS, s'établit pour l'année 2018, respectivement à 57 440 501 € et à 8 723 999 €.

Télécharger l'arrêté

Publié le
04/04/2018
.

Le dépôt des dossiers pour candidater à la seconde "initiative pour la biodiversité" lancée par l'Agence de l'eau Rhône Méditerranée Corse s'effectue jusqu'au 30 avril 2018.

Sous forme d'un appel à projets doté de 4 millions d'euros, elle cible en priorité les projets des collectivités, associations de protection de la nature, conservatoires et gestionnaires d'espaces naturels qui agissent pour la reconquête de la biodiversité des milieux aquatiques. Les lauréats verront leurs projets financés jusqu'à 60%.

En savoir + et candidater

Publié le
04/04/2018
.

Ce guide, édité par le Commissariat général au développement durable, propose des éléments de méthode pour l'évaluation socio-économique des projets de gestion des inondations.

La méthode présentée permet de comparer les coûts et les bénéfices des projets, du point de vue de la mise en sécurité des personnes, de la réduction des dommages aux biens, de l'amélioration de la résilience et de la protection du patrimoine culturel et de l'environnement.

Télécharger le guide
Voir le document
En savoir +

Publié le
04/04/2018
.

Le Commissariat général au développement durable (CGDD) vient de publier un rapport sur les milieux humides et aquatiques qui s'inscrit dans le cadre de l'Evaluation française des écosystèmes et des services écosystémiques (Efese).

Ce document vise à documenter les principales évolutions récentes et à venir de l'état des milieux humides et aquatiques continentaux, les facteurs à l'origine de leur évolution, et à en traduire les implications en termes de bien être et de soutenabilité. Les résultats exposés destinés au gestionnaire public mais également au citoyen, fournissent des références permettant d'éclairer les décisions concernant ces milieux.

Télécharger le document
En savoir +

Publié le
27/03/2018
.

Afin de faire le point sur l'évolution de la situation relative à la sècheresse sur le Département depuis le 1er janvier, Jean-Christophe MORAUD, Préfet de Vaucluse, a réuni le 13 mars dernier, le premier comité sécheresse de l'année 2018.

Depuis le début de l'année, on note une évolution favorable grâce aux pluies soutenues du mois de janvier et surtout celles observées depuis le 1er mars largement excédentaires aux normales saisonnières.

Cependant, la résorption des déficits hydrométriques cumulés sur les deux dernières années n'est pas atteinte. Dans ces conditions, le Préfet rappelle à tous la nécessité permanente d'économiser les ressources en eau et ce quel qu'en soit l'usage.

Télécharger le communiqué de presse
En savoir +

Publié le
27/03/2018
.

Cette instruction du 20 février 2018 (BO n°2018-03 du 25 mars 2018), adressée aux services déconcentrés de l'Etat, a pour objet de renforcer l'efficacité et la cohérence des actions de l'État dans la mise en œuvre de la politique de prévention des risques naturels et hydrauliques par la définition d'actions prioritaires au regard du calendrier et/ou de l'avancement de certaines politiques publiques et des moyens disponibles.

Parmi les thèmes prioritaires : la mise en œuvre de la compétence de gestion des milieux aquatiques et de la prévention des inondations (GEMAPI) et les risques naturels.

 

Télécharger l'instruction du Gouvernement du 20 février 2018
En savoir +

Publié le
26/03/2018
.

Les rapports régionaux de l'IPBES* sont parus le 24 mars. Le résultat est sans appel. La biodiversité (diversité des formes de vie sur Terre) continue de décliner dans toutes les régions du monde, réduisant considérablement la capacité de la nature à contribuer au bien-être des populations. Cette tendance alarmante met en péril les économies, les moyens de subsistance, la sécurité alimentaire et la qualité de vie des populations partout dans le monde, d'après les quatre rapports régionaux scientifiques (dont celui d'Europe-Asie centrale) publiés par plus de 550 experts de plus de 100 pays.


► 
Ci-dessous en bleu les évaluations concernant l'eau, les milieux aquatiques et marins.

*IPBES : Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques.

 

► Les principaux messages et chiffres du rapport Europe et Asie Centrale


Tendances / données


50% : part des contributions régulatrices de la nature et de certaines contributions non matérielles aux populations qui ont diminué de 1960 à 2016

42% : espèces animales et végétales terrestres dont les tendances connues ont diminué au cours de la dernière décennie

5,1 hectares : empreinte écologique par habitant en Europe de l'Ouest (biocapacité de la sous-région : 2,2 hectares, ce qui signifie que les 15 Européens occidentaux dépendent des importations nettes de ressources naturelles renouvelables et des contributions matérielles de la nature)

3,6 hectares : empreinte écologique par habitant en Europe centrale (biocapacité : 2,1 hectares)

4,8 hectares : empreinte écologique par habitant en Europe de l'Est (biocapacité : 5,3 hectares)

3,4 hectares : empreinte écologique par habitant en Asie centrale (biocapacité : 1,7 hectare)

15% : diminution de la disponibilité en eau par habitant (depuis 1990)

25% : terres agricoles de l'UE touchées par l'érosion des sols (23% en Asie centrale), ce qui, combiné à une diminution de la matière organique du sol, pourrait compromettre la production alimentaire

20% : augmentation du contrôle de l'érosion des terres arables en Europe occidentale et centrale

7% : des évaluations des espèces marines de l'UE présentant un intérêt pour la conservation ont montré un état de conservation favorable ; 27% ont montré un état de conservation défavorable

9% : de l'évaluation des habitats marins de l'UE présentant un intérêt pour la conservation ont montré un état de conservation favorable ; 66% ont montré un état de conservation défavorable

26,6% : proportion estimée d'espèces de poissons marins (pour lesquelles des données sur les tendances existent) dont la  population diminue, en raison de la pêche non durable, de la dégradation de l'habitat, des espèces exotiques envahissantes, de l'eutrophisation et du changement climatique

1,6% : proportion estimée d'espèces de poissons marins (pour lesquelles des données de tendance existent) avec des populations en augmentation, en raison de l'amélioration des conditions, notamment une meilleure gestion de la pêche et une diminution de l'eutrophisation

20% : diversité des espèces de cultures arables en déclin depuis 1950 en Europe occidentale et centrale

73% : pourcentage d'évaluations des habitats d'eau douce de l'UE présentant un intérêt pour la conservation indiquant un état de conservation défavorable

51% : étendue du déclin des zones humides en Europe occidentale et centrale et dans les parties occidentales de l'Europe de l'Est depuis 1970

16 à 65% : espèces de crabes menacées (bivalves 23 - 49%, écrevisses 24 - 47%, gastéropodes 33 - 68%, libellules, 9 - 44%) en Europe occidentale et centrale et dans les parties occidentales de l'Europe de l'Est

71% : les populations de poissons en déclin au cours de la dernière décennie

60% : les populations d'amphibiens en déclin au cours de la dernière décennie

37% : espèces de poissons d'eau douce menacées d'extinction (amphibiens : 23%) en Europe occidentale et centrale et dans les parties occidentales de l'Europe de l'Est


► Valeurs économiques des contributions de la nature aux populations

765 $ / hectare / an : valeur médiane estimée (milieu de série) de la valeur (2017) de l'entretien des habitats naturels dans la région

1 965 $ : valeur médiane estimée (milieu de série) de la valeur économique par hectare et par an de la régulation de la qualité de l'eau douce et des eaux côtières par la nature (2017)

1 117 $ : valeur médiane estimée (milieu de série) de la valeur économique par hectare et par an des contributions immatérielles de la nature aux populations, y compris les expériences physiques et psychologiques liées au tourisme et aux loisirs (2017)

464 $ : valeur médiane estimée (milieu de série) de la valeur économique par hectare et par an de la régulation du climat par la nature.


Consulter les principaux messages et chiffres des rapports IPBES (FRB)
Télécharger le rapport IPBES Europe-Asie Centrale
En savoir +

Publié le
26/03/2018
.

L'Agence de l'eau Rhône Méditerranée Corse vient d'éditer un document intitulé "RSDE stations d'épuration : contenu des diagnostics amont - analyses chimiques en réseaux" qui présente des retours d'expériences de collectivités qui ont déjà réalisé des campagnes de mesure de micropolluants en amont de leur station d'épuration.

 

Pour rappel, l'ARPE a organisé en décembre 2017 une journée thématique autour des mêmes questions à savoir :
► Comment réaliser un diagnostic des micropolluants sur un territoire ?
► Quels outils sont disponibles pour mener à bien une étude sur le système d'assainissement ?

Télécharger le document
En savoir +

Publié le
26/03/2018
.

Le Ministère de la Transition Écologique et Solidaire vient de publier sur son portail d'information sur l'assainissement communal, la liste des zones sensibles à l'eutrophisation au titre de la directive sur les eaux résiduaires urbaines (ERU), liste simplifiée et consolidée en mars 2018.

En savoir + et consulter la liste

Publié le
15/03/2018
.

► Label "ville nature" / "intercommunalité nature" (volet obligatoire) : valoriser la politique et les actions menées en faveur de la biodiversité sur votre territoire.


► 
Votre engagement est récompensé par un label symbolisé par l'attribution de 1 à 5 libellules.

 

► Concours capitale française & régionale de la biodiversité 2018 (volet optionnel) : récompenser les collectivités les plus actives sur le thème de l'année 2018 : " Conception et gestion écologique des espaces de nature ".


 
5 trophées : Meilleur village / Meilleure petite ville / Meilleure ville moyenne / Meilleure grande ville / Meilleure intercommunalité
 une capitale française de la biodiversité 2018 
 une capitale régionale de la biodiversité 2018 en Provence-Alpes-Côte d'Azur.


► 
Comment candidater pour le Label "ville nature" | "intercommunalité nature" (volet obligatoire) : 

 
Il suffit de remplir un questionnaire organisé en 41 questions et 3 chapitres : Aménagement du territoire et planification ; Gestion et suivi de la biodiversité locale ; Communication, citoyenneté et actions pédagogiques.



► Comment concourir pour le Concours capitale française & régionale de la biodiversité 2018 (volet optionnel) :


En complément des 41 questions, 3 fiches-actions sont à remplir, en lien avec le thème 2018 " " Conception et gestion écologique des espaces de nature " : aménagement du territoire | biodiversité locale | biodiversité & citoyenneté.


MODALITÉS

Collectivités concernées : Communes | Communautés de communes | Communautés urbaines | Communautés d'agglomération nouvelle ou métropoles.
NOUVEAUTE 2018 : les villes de moins de 2 000 habitants peuvent participer !


Clôture des candidatures : 14 mai 2018


Contact : ARPE PACA | ville-nature@arpe-paca.org | Stéphanie GARRIDO | 04.42.90.90.60 / 54

En savoir + sur l'édition 2018 & télécharger le questionnaire

Publié le
26/03/2018
.

Le GRAIE et la ZABR organisent du 4 au 8 juin 2018 à l'Université Lyon 2, la 3è édition d'I.S.Rivers qui mettra à l'honneur les fleuves et les grandes rivières du monde.


Cette conférence internationale porte sur les recherches et actions au service des fleuves et grandes rivières, qu'elles soient naturelles ou fortement anthropisées : fonctionnement, évolution, interface et interactions, politiques de gestion ou encore ingénierie.

Son objectif est de permettre un réel dialogue entre les scientifiques d'une part et les gestionnaires de grandes rivières, riverains, bureaux d'études et usagers au sens large, d'autre part.

En savoir + & vous incrire

Publié le
22/03/2018
.

"L'eau : la réponse est dans la nature", tel était le thème 2018 de la Journée mondiale de l'eau, coordonnée par l'Organisation des Nations unies.

Une exploration des solutions fondées sur la nature, sans lesquelles nous ne pourrons pas relever les défis de l'eau et de l'adaptation au changement climatique.

Les solutions vertes

Cette année, la Journée mondiale de l'eau s'intéresse au potentiel des solutions vertes et sur la manière dont elles peuvent être utilisées pour améliorer les politiques et la pratique de gestion de l'eau. Parmi ces solutions :

► la préservation et la restauration écologique des eaux et des milieux aquatiques, en particulier des zones humides qui permettent de stocker l'eau, de la filtrer, mais aussi qui ralentir les crues et font tampon contre les submersions marines ;


► la lutte contre l'imperméabilité des sols, qui passe par une meilleure gestion des sols agricoles et urbains ;

► la reforestation ;

► la végétalisation des villes.


En savoir +

Publié le
21/03/2018
.

Publié chaque année depuis 2003 et officiellement présenté le 19 mars à Brasilia lors du 8ème Forum mondial de l'eau, le rapport mondial des Nations Unies sur la mise en valeur des ressources en eau offre une image précise de l'état des ressources mondiales et s'emploie à fournir aux dirigeants des instruments leur permettant de mettre en œuvre une gestion plus durable de ces ressources.

Cette année, le rapport plaide en faveur de solutions fondées sur la nature pour améliorer l'approvisionnement et la qualité de l'eau et réduire l'impact des catastrophes naturelles.

Face à la situation de pollution généralisée et aux risques et les catastrophes liés à l'eau en augmentation exponentielle, la multiplication d'infrastructures classiques, dites "grises" car fruit du génie civil, ne suffit plus, selon le rapport. La solution passerait par une combinaison entre infrastructures "grises" et "vertes", ces dernières jouant un rôle positif sur l'érosion et la qualité des sols, la végétation, les risques de sécheresse et d'inondation. " La couverture végétale, la présence de zones humides ou l'existence de forêts sont autant d'éléments qui influent sur le cycle de l'eau et sur lesquels il est possible d'agir pour améliorer la quantité et ainsi que la qualité d'eau disponible " indique le rapport.



Les solutions fondées sur la nature utilisent ou imitent les processus naturels pour :

► améliorer la disponibilité de l'eau (par exemple, rétention de l'humidité du sol, recharge des eaux souterraines),


améliorer la qualité de l'eau (par exemple, zones humides naturelles et construites, bandes riveraines tampons)


réduire les risques associés aux catastrophes liées à l'eau et au changement climatique (par exemple, restauration d'une plaine d'inondation, toits verts).


Télécharger le rapport 2018 en Français (172p.)
Télécharger le résumé du rapport en Français (12p.)
Télécharger les faits & chiffres du rapport en Français (12p.)
En savoir +

Publié le
14/03/2018
.

Cette étude réalisée par Oréade-Brèche et financée par le Ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation et le Ministère de la Transition Écologique et Solidaire, analyse les dispositifs incitant à modifier les pratiques agricoles pour économiser la ressource en eau. Elle s'appuie sur une revue de littérature, des entretiens avec des experts, et 7 études de cas dans 5 pays (Chypre, Espagne, Grèce, Italie, Roumanie).

Télécharger le rapport de synthèse de l'étude
En savoir +

Publié le
01/03/2018
.

Le comité de bassin Rhône-Méditerranée vient de publier un livret-argumentaire inédit à l'attention des élus et des décideurs sur l'intérêt de restaurer nos rivières altérées par certains aménagements et activités humaines.


Redonner aux rivières un fonctionnement naturel, c’est améliorer la qualité de l’eau, se protéger contre les crues, s’adapter au changement climatique, ramener de la biodiversité. Mais c’est aussi penser au développement économique, au lien social et à la qualité de vie. C’est une somme de bénéfices dont chaque élu ou décideur n’a pas toujours conscience lors des décisions d’aménagement des territoires.

Voir le document
En savoir +

Publié le
26/02/2018
.

Deux arrêtés relatifs à la prévention de l'introduction et de la propagation des espèces exotiques envahissantes végétales et animales sur le territoire métropolitain datant du 14 février ont été publié au journal officiel le 22 février 2018.

Consultez les listes d'espèces concernées ci-dessous.

► Espèces végétales concernées et listées en annexe :

► ANNEXE I-1

PLANTES VASCULAIRES

Baccharis halimifolia L., 1753 : Séneçon en arbre
Cabomba caroliniana A.Gray, 1848 : Cabombe de Caroline, Eventail de Caroline
Eichhornia crassipes (Mart.) Solms, 1883 : Jacinthe d'eau
Heracleum persicum Desf. ex Fisch., 1841 : Berce de Perse
Heracleum sosnowskyi Manden., 1944 : Berce de Sosnowsky
Hydrocotyle ranunculoides L.f., 1782 : Hydrocotyle fausse-renoncule, Hydrocotyle nageante
Lagarosiphon major (Ridl.) Moss, 1928 : Grand lagarosiphon
Ludwigia grandiflora (Michx.) Greuter & Burdet, 1987 : Jussie à grandes fleurs
Ludwigia peploides (Kunth) P.H.Raven, 1963 : Jussie rampante
Lysichiton americanus Hultén & H.St.John, 1931 : Faux arum
Myriophyllum aquaticum (Vell.) Verdc., 1973 : Myriophylle aquatique, Myriophylle du Brésil
Parthenium hysterophorus L., 1753 : Fausse camomille
Persicaria perfoliata (L.) H.Gross, 1913 = Polygonum perfoliatum L., 1759 : Renouée perfoliée
Pueraria montana var. lobata (Willd.) Maesen & S.M.Almeida ex Sanjappa & Predeep, 1992 = Pueraria lobata
(Willd.) Ohwi, 1947 : Kudzu


► ANNEXE I-2

PLANTES VASCULAIRES
Alternanthera philoxeroides (Mart.) Griseb., 1879 : Herbe à alligators
Asclepias syriaca L., 1753 : Herbe à la ouate, Herbe aux perruches
Cenchrus setaceus (Forssk.) Morrone, 2010 = Pennisetum setaceum (Forssk.) Chiov., 1923 : Herbe aux
écouvillons
Elodea nuttallii (Planch.) H.St.John, 1920 : Elodée à feuilles étroites
Gunnera tinctoria (Molina) Mirb., 1805 : Gunnéra du Chili
Heracleum mantegazzianum Sommier & Levier, 1895 : Berce du Caucase
Impatiens glandulifera Royle, 1833 : Balsamine de l'Himalaya
Microstegium vimineum (Trin.) A.Camus, 1922 : Herbe à échasses japonaise
Myriophyllum heterophyllum Michx., 1803.



► Espèces animales concernées et listées en annexe :


► ANNEXE I

MAMMIFERES
Castor canadensis Kuhl, 1820 : Castor canadien
Cervus nippon Temminck, 1838 : Cerf sika. Toutefois, des spécimens de cette espèce peuvent être volontairement introduits, jusqu'au 31 décembre 2020, dans les enclos au sens du I de l'article L. 424-3 du code de l'environnement et dans les établissements professionnels de chasse à caractère commercial formés de terrains clos au sens du même article.
Macropus rufogriseus (Desmarest, 1817) : Wallaby de Benett
Neovison vison (Schreber, 1777) = Mustela vison : Vison d'Amérique
Rattus norvegicus (Berkenhout, 1769) : Rat surmulot
Famille des Sciuridae : toutes les espèces, sauf Marmota marmota (Linnaeus, 1758) : Marmotte et Sciurus
vulgaris Linnaeus, 1758 : Ecureuil roux
Sylvilagus floridanus (J. A. Allen, 1890) : Lapin américain

OISEAUX
Branta canadensis (Linnaeus, 1758) : Bernache du Canada
Psittacula krameri (Scopoli, 1769) : Perruche à collier

REPTILES
Toutes les espèces appartenant aux genres suivants :
Chrysemys spp.
Clemmys spp.
Graptemys spp.
Pseudemys spp.
Trachemys spp.

AMPHIBIENS
Pelophylax bedriagae (Camerano, 1897) : Grenouille verte de Bedriaga
Pelophylax kurtmuelleri (Gayda, 1940) = Rana kurtmuelleri : Grenouille verte des Balkans
Xenopus laevis (Daudin, 1803) : Xénope lisse


► ANNEXE II-1

MAMMIFERES
Callosciurus erythraeus (Pallas, 1779) : Ecureuil de Pallas, Ecureuil à ventre rouge
Herpestes javanicus (E. Geoffroy Saint-Hilaire, 1818) : Mangouste de Java
Muntiacus reevesi (Ogilby, 1839) : Muntjac de Chine, Muntjac de Formose, Cerf aboyeur
Myocastor coypus (Molina, 1782) : Ragondin
Nasua nasua (Linnaeus, 1766) : Coati roux
Procyon lotor (Linnaeus, 1758) : Raton-laveur
Sciurus carolinensis Gmelin, 1788 : Ecureuil gris

Sciurus niger Linnaeus, 1758 : Ecureuil fauve, Ecureuil renard
Tamias sibiricus (Laxmann, 1769) : Tamia de Sibérie, Ecureuil de Corée

OISEAUX
Corvus splendens Viellot, 1817 : Corbeau familier
Oxyura jamaicensis (Gmelin, 1789) : Erismature rousse
Threskiornis aethiopicus (Latham, 1790) : Ibis sacré

REPTILES
Trachemys scripta (Thunberg in Schoepff, 1792) : Trachémyde écrite, Tortue de Floride

AMPHIBIENS
Lithobates catesbeianus (Shaw, 1802) : Grenouille-taureau

POISSONS
Perccottus glenii Dybowski, 1877 : Goujon de l'Amour
Pseudorasbora parva (Temminck & Schlegel, 1846) : Pseudorasbora

INSECTES
Vespa velutina nigrithorax du Buysson, 1905 : Frelon à pattes jaunes, Frelon asiatique

CRUSTACES DECAPODES
Eriocheir sinensis H. Milne Edwards, 1853 : Crabe chinois
Orconectes limosus (Rafinesque, 1817) : Ecrevisse américaine
Orconectes virilis (Hagen, 1870) : Ecrevisse américaine virile, Ecrevisse à pinces bleues
Pacifastacus leniusculus (Dana, 1852) : Ecrevisse de Californie, Ecrevisse signal
Procambarus clarkii (Girard, 1852) : Ecrevisse de Louisiane
Procambarus fallax (Hagen, 1870) f. virginalis : Ecrevisse marbrée


► ANNEXE II-2

MAMMIFERES

Nyctereutes procyonoides (Gray, 1834) : Chien viverrin
Ondatra zibethicus (Linnaeus, 1766) : Rat musqué


OISEAUX

Alopochen aegyptiacus (Linnaeus, 1766) : Ouette d'Egypte.

 

Télécharger l'arrêté flore exotique envahissante
Télécharger l'arrêté faune exotique envahissante

Publié le
20/02/2018
.

L'Agence française pour la biodiversité (AFB) lance un appel à projets pour obtenir des retours d'expérience sur la mise en œuvre d'une méthode d'évaluation des impacts cumulés des retenues d'eau sur des bassins versants.


Une première version du dossier de candidature est à déposer avant le 15 avril 2018.

► Pour qui ?
L'appel à projet s'adresse à des gestionnaires de bassins versants (structures porteuses de SAGE ou de contrat de rivière, syndicats de bassin versant, EPTB…). Les porteurs de projets peuvent répondre en groupement avec des partenaires publics ou privés.


► Pour quels projets ?

Les projets doivent répondre aux 8 critères d'éligibilité suivants :

1. ► Tester les 3 étapes de la démarche proposée dans le rapport
2. ► Sur des bassins versants suffisamment grands pour appliquer la méthode
3. ► Évaluer obligatoirement les impacts sur l'hydrologie et la biologie
4. ► Prendre en compte le changement climatique
5. ► Mettre en place un comité de suivi du projet associant tous les acteurs concernés
6. ► Fournir un retour d'expérience et des propositions d'amélioration de la méthode à l'AFB
7. ► Une durée des projets inférieure à 3 ans
8. ► Un montant inférieur à 150 000 € TTC.

► Quel financement ?
Le financement des projets devra être assuré en cofinancement par le porteur du projet ou les partenaires du consortium, et l'AFB.
La décision de cofinancement par l'AFB des projets sélectionnés sera formalisée en application de l'article 14-3 de l'ordonnance n°2015-899 du 23 juillet 2015 relative aux marchés publics au moyen de contrat de recherche et développement. Le montant maximal de financement d'un projet est de 150 000 € TTC.

En savoir +

Publié le
16/02/2018
.

L'outil "Cartographie interactive et croisement de données" de l'Observatoire régional de l'eau et des milieux aquatiques vous permet de constituer votre propre carte sur la zone géographique et à l'échelle souhaitée en région Provence-Alpes-Côte d'Azur, en sélectionnant les thématiques qui vous intéressent en lien avec l'eau, les milieux aquatiques, la gestion et l'aménagement du territoire régional. Il permet également (et entre autres) d'obtenir des informations sur votre commune ou votre EPCI.


Pour vous aider à encore mieux connaitre cet outil et en découvrir toutes les potentialités, deux nouveaux supports d'aide à son utilisation sont désormais mis à votre disposition.

Voir l'image-tutoriel
Voir le guide d'utilisation
En savoir + et accéder à la cartographie interactive

Publié le
19/02/2018
.

Lors de la conférence organisée le 1er février 2018 par le Réseau régional des gestionnaires de milieux aquatiques (RRGMA), 28 élus de Provence-Alpes-Côte-d'Azur ont signé la déclaration en faveur de la gestion intégrée de l'eau et des milieux aquatiques par bassin versant.

Suite à cet évènement, les élus qui le souhaitent sont invités à signer cette déclaration.

En savoir + et signer la déclaration

Publié le
13/02/2018
.

Depuis 2009, l'unité Assainissement & Milieux Aquatiques (AMA) de l'ARPE offre une vision globale de l'état du parc épuratoire de l'assainissement collectif à l'échelle de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur et à l'échelle des départements. L'objectif de ce travail est de contribuer à améliorer la connaissance dans ce domaine.


En 2017, les cartes de présentation du parc épuratoire collectif (au 31/12/2016) ont été réalisées pour chacun des 6 départements de la région PACA, retrouvez-les dans notre cartothèque :

 Alpes-de-Haute-Provence (04)  Bouches-du-Rhône (13)
 Hautes-Alpes (05)  Var (83)
 Alpes-Maritimes (06)  Vaucluse (84)



Publié le
15/02/2018
.

Cette vidéo proposée par France Nature Environnement PACA, vise à sensibiliser les élus et les collectivités à la problématique de la reconquête et la protection des eaux de captage. Elle donne les étapes à suivre pour mener, dans sa commune, une véritable politique de protection de l'eau.

Publié le
19/02/2018
.

L'IRSTEA publie en janvier 2018 une nouvelle étude, réalisée avec le soutien financier de l'agence de l'eau RMC, elle dresse un état des lieux des consommations énergétiques des stations d'épuration françaises.

Les données de plus de 300 stations ont été analysées afin de proposer des nouvelles valeurs de référence par procédé (pour les 5 principales filières de traitement des eaux usées en France : boues activées (BA), réacteurs biologiques séquentiels (SBR), bioréacteurs à membranes (BRM), biofiltres (BF) et lits fluidisés sur support (MBBR)).

Télécharger la synthèse de l'étude
En savoir +

Publié le
19/02/2018
.

"Un guide pour une parfaite compatibilité", c'est l'enjeu de la publication de la DREAL Grand Est et de l'Agence de l'eau Rhin-Meuse sur l'adéquation entre les documents d'urbanisme (SCoT, PLU) avec le plan de gestion des eaux (SDAGE) et le plan de gestion des risques d'inondation (PGRI) approuvés fin 2015. Le guide méthodologique, centré sur le bassin Rhin-Meuse, a récemment été mis à jour et certaines thématiques s'appliquent au territoire national.

Télécharger le guide
En savoir +

Publié le
16/02/2018
.

L'Agence de l'eau Seine-Normandie publie une 2nde édition de son guide de la série "Eau et santé" dédié aux micropolluants, ces substances qui, même à de très faibles concentrations dans l'environnement et les milieux aquatiques peuvent présenter des effets toxiques sur les organismes vivants qui y sont exposés.

Ce guide met à disposition des acteurs et usagers du bassin, une information synthétisée et plus accessible, permettant de mieux comprendre des enjeux actuels en matière de micropolluants, pour lesquels des actions de réduction sont nécessaires à l'échelle de notre territoire.

Télécharger le guide
En savoir +

Publié le
16/02/2018
.

Le ministère en charge de l'environnement a confié au Cerema la réalisation d'une cartographie des ouvrages et aménagements présents sur le littoral français (en métropole et sur les 5 départements et régions d'outre-mer). Il s'agissait d'effectuer un recensement à l'échelle nationale des ouvrages tels que digues, murs, jetés, brise-lames, épis, etc. et de les géolocaliser. Le résultat de cette cartographie est mis à disposition sur le site Géolittoral, en visualisation et en téléchargement.

Quelques chiffres clés :


15 944 ouvrages et aménagements sont présents sur le littoral métropolitain et d'outre-mer et représentent une longueur cumulée de 2302 km

1 764 km d'ouvrages et d'aménagements longitudinaux (hors brise-lames) sont construits sur le trait de côte (1 601 km en métropole et 163 km en outre-mer)

► La moitié (55 %) du linéaire d'ouvrages et d'aménagements correspond à des structures fixatrices du trait de côte :

■ 476 km cumulés de digues (toutes en métropole)
■ 328 km cumulés de murs (dont 310 km en métropole et 18 km en outre-mer)
■ 468 km cumulés de perrés (dont 390 km en métropole et 78 km en outre-mer)

5 712 ouvrages et aménagements sont considérés comme des structures transversales susceptibles de modifier le transit sédimentaire le long du rivage, en particulier :
■ 2 091 épis (dont 2 028 en métropole et 63 en outre-mer) avec une longueur moyenne de 55 mètres,
■ 1 117 jetées (dont 1 019 en métropole et 98 en outre-mer) avec une longueur moyenne de 207 mètres.

 

Ces chiffres sont issus de l'analyse de la cartographie des ouvrages et aménagements littoraux visibles sur les photographies aériennes les plus récentes (2006-2015) disponibles au moment de l'étude. Ce recensement concerne la métropole et les 5 départements et régions d'outre-mer et ne tient pas compte des zones portuaires abritées par des jetées.

En savoir +

Publié le
09/02/2018
.

Le programme du 97è congrès de l'ASTEE (Association scientifique et technique pour l'eau et l'environnement) qui se tiendra à Marseille du 5 au 8 juin 2018 est disponible.

Cet évènement consacrera une journée à la question de l'adaptation au changement climatique et de son atténuation dans les services publics locaux de l'environnement. Un focus particulier sur les spécificités de l'Arc méditerranéen complétera ces échanges lors d'une session dédiée. Il permettra également de faire le point de l'avancement de travaux issus des commissions scientifiques et techniques de l'ASTEE.

Voir le programme
En savoir +

Publié le
08/02/2018
.

À l'occasion du prochain rapport de l'IPBES* sur l'état de la biodiversité en Europe et en Asie Centrale, la FRB donne chaque mois jusqu'à la sortie du rapport la parole à des chercheurs spécialistes de différents écosystèmes (marin, forestier, d'eau douce...) et de disciplines comme le droit, l'économie et la biologie de la conservation.


Février 2018 :

► Témoignage : "De la pollution aux obstacles sur les cours d'eau : comment lever les barrages à la biodiversité ?"

► Synthèse d'article : "Un trésor au fond du jardin... Les mares, "points chauds" de la biodiversité".

* Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques

Voir le témoignage
Voir la synthèse de l'article

Publié le
09/02/2018
.

L'essor des techniques d'ADN environnemental ouvre des perspectives inédites pour l'étude et le suivi de la biodiversité en milieu aquatique. Alors que les attentes et les interrogations se multiplient sur le sujet, l'Agence française pour la biodiversité (AFB) s'est appuyée sur les premières expériences de terrain menées en France pour proposer une journée d'information, le 18 octobre 2017 à Paris et clarifier le champ des possibles. 

Consulter le compte-rendu du séminaire

Publié le
06/02/2018
.

L'AMF et la FNCCR publient un nouveau guide afin d'offrir un outil d'aide à la décision pour les élus souhaitant optimiser le fonctionnement du SPANC (service public de l'assainissement non collectif).


Ce guide comporte des éléments pratiques et pédagogiques qui aideront les EPCI ou les syndicats et leurs services à anticiper le transfert de la compétence pour répondre aux dernières exigences réglementaires, organiser leur service, tout en gagnant en efficience pour accroître la satisfaction des usagers.

Voir le sommaire
En savoir +

Publié le
05/02/2018
.

Cette infographie proposée par l'OIEau, réalisée avec le soutien financier de l'Agence française pour la biodiversité (AFB), permet de (re)découvrir les SAGE et leurs enjeux en quelques minutes : définition, mode d'élaboration, d'approbation, nombre de SAGE en France, nombre moyen de personnes présentes dans une Commission Locale de l'Eau (CLE) et % de SAGE approuvés par arrêté préfectoral.

 

Par ailleurs, vous pouvez connaitre la situation et l'état d'avancement des 11 SAGE en région Provence-Alpes-Côte d'Azur, à partir de notre cartothèque en cliquant ici.

Voir l'infographie complète

Publié le
05/02/2018
.

À Montpellier, les experts des techniques d'irrigation agricole ont établi le premier référentiel comparant les économies d'eau réalisables selon les dispositifs d'irrigation utilisés. Un outil conçu à la demande du Ministère de l'Agriculture qui fait dorénavant référence pour l'instruction des dossiers de subventions relatifs à cette pratique.

En savoir plus

Publié le
19/01/2018
.

Comment protéger le littoral et la biodiversité marine tout en développant les activités économiques liées à la mer : le grand public a deux mois (26 janvier au 25 mars 2018) pour exposer ses attentes avant l'élaboration par le gouvernement de stratégies pour les façades maritimes.


Les citoyens sont invités à s'informer et s'exprimer sur la vision d'avenir proposée pour les 4 façades maritimes de l'Hexagone :
Manche Est - Mer du Nord, Nord Atlantique - Manche Ouest, Sud Atlantique et Méditerranée.

En métropole, chaque document stratégique de façade maritime est élaboré par l'État en concertation avec les acteurs maritimes et littoraux réunis au sein du conseil maritime de façade.


2 modalités :


1. une plateforme participative sur Internet permettant au public de s'informer sur les enjeux, de déposer des commentaires sur la vision d'avenir proposée, de les partager et d'échanger avec les autres contributeurs : https://www.merlittoral2030.gouv.fr/


2. des ateliers citoyens dans chaque façade maritime, pour approfondir certaines thématiques (informations complémentaires sur la plateforme participative) .

Ouvrir le lien

Publié le
23/01/2018
.

Conformément aux annonces du gouvernement français, celui-ci lance une concertation sur le projet de feuille de route gouvernementale sur les produits *phytopharmaceutiques, en vue de la finaliser avant la fin du premier trimestre 2018.

 

Quatre priorités identifiées :

1. Diminuer rapidement l'utilisation des substances les plus préoccupantes pour la santé et l'environnement,


2. Structurer et renforcer la recherche sur les impacts des produits phytopharmaceutiques sur la santé en soutien du renforcement de la protection des populations,


3. Accompagner la recherche d'alternatives et la mise en œuvre de ces solutions par les agriculteurs,


4. Renforcer le plan Ecophyto 2, améliorer sa gouvernance et son fonctionnement.

En savoir plus

Publié le
23/01/2018
.

Consultez les supports des interventions de la journée : "Quelle démarche et quels outils pour la recherche de micropolluants dans l'eau?" organisée par l'ARPE le 15 décembre 2017 à Aix-en-Provence.

 

Son objectif était de découvrir des démarches existantes concernant la recherche de substances dangereuses dans l'eau. Les retours d'expériences présentés permettent de connaître les contraintes, les freins ainsi que les leviers à actionner, les pistes à suivre.

Cliquer ici pour en savoir plus

Publié le
12/01/2018
.

Publication I Agence de l'eau I Décembre 2017 I 11p

 

L’agence de l’eau Loire-Bretagne et la DREAL de Bassin proposent un guide technique pour aider les collectivités dans l’analyse des micropolluants dans les boues et garantir un niveau minimum de fiabilité et de représentativité des données.

Voir le document
En savoir plus
Effectuer une recherche par :
Par :
pour connaitre toutes les relations entre les bassins versants et les communes.